Faire son post-mortem personnel : si on ne le fait pas, qui va le faire?

Il y a un point commun à tous ce qui nous arrive dans la vie : NOUS.

NOUS sommes le point central de toutes ces expériences positives et négatives.

Peut importe que cela nous arrive dans notre rôle de parent, d’enfant, d’amoureux, d’employé, d’entrepreneur ou tout autre rôle que nous sommes emmenés à jouer dans la vie, le point central est toujours NOUS.

NOUS avons toujours une part de responsabilité dans nos échecs comme dans nos réussites.

Même lors de circonstances hors de notre contrôle, NOUS avons notre part de responsabilité sur la façon dont NOUS allons répondre à cette situation.

Parfois nos gestes ont des résultats heureux et parfois, malheureux.

Chaque sortie familiale, compétition sportive, problème au travail, projet personnel ou professionnel, etc. est une opportunité pour NOUS de devenir une meilleure personne… à condition d’apprendre de l’expérience.

Prendre le temps d’évaluer le résultat de nos actions, de faire notre post-mortem personnel en quelque sorte, nous permet de grandir. Cela nous permet non seulement d’apprendre de nos erreurs mais aussi de focaliser sur ce que nous faisons de très bien.

Pour y arriver, je vous suggère de vous poser les questions suivantes :

Quel est l’objectif ou les objectifs que je poursuivais?
Par exemple, dans une sortie familiale de type randonnée en montagne, les objectifs peuvent être de passer du bon temps ensemble, de resserrer les liens et de faire de l’exercice.

Ai-je atteint le ou les objectifs?
Dans notre exemple, si j’ai passé tout mon temps à réprimander mes enfants parce qu’ils sortaient du sentier balisé ou grimpaient aux arbres, je n’aurai pas accompli tous les objectifs. Nous aurons fait de l’exercice, certes, mais je ne suis pas certain que tous auront passé du bon temps…

Qu’ai-je fait de bien?
Même exemple. La préparation des sacs à dos s’est bien passée. Les enfants étaient à leur affaire, ont préparé leurs gourdes d’eau et leurs collations sans se chicaner. Ils se sont habillés rapidement et ont pris leurs places dans la voiture sans se quereller.

Qu’aurai-je pu faire de mieux?
Le choix de l’emplacement de la sortie mériterait une réflexion. Un parc avec des jeux et un grand espace pour jouer au ballon aurait peut-être été préférable dans cette situation.

Qu’ai-je appris?
Je dois être plus conscient des intérêts de mes enfants lors de sorties familiales. J’aurais peut-être dû les consulter ou être plus à l’écoute de leurs besoins. Si je veux les initier à la marche en montagne, je choisirai de plus courtes sorties pour commencer.

Bien entendu, il s’agit de cinq questions de base. Selon l’événement ou l’importance de la situation, nous voudrons peut-être approfondir plus le sujet.