Avez-vous le syndrome Tupperware®?

Vous rappelez-vous vos premiers plats Tupperware®? 140626_tupperwae

Dans mon cas, j’avais acheté un ensemble de plats de différents formats lorsque j’ai emménagé dans mon premier appartement.

Au début, tout allait à merveille: chaque contenant avait son utilité, les plats étaient bien rangés à leur place et chaque récipient avait un couvercle correspondant.

L’idylle a cependant été de courte durée. Au fil du temps, de nouveaux plats sont venus s’ajouter et ça ne fut pas long avant que le bel ordre qui régnait dans mon armoire soit devenu chaos. Pour ajouter l’insulte à l’injure, il devenait de plus en plus difficile de trouver le bon couvercle qui allait avec le bon plat. Bref, une plus grande diversité de contenants aurait dû normalement me faciliter la vie pour mes travaux de rangements des aliments au frigo mais c’est plutôt le contraire qui se produisait: ma vie était rendue un enfer ! (J’exagère à peine…)

La solution: faire un ménage et me débarrasser des plats inutiles.

Malheureusement, j’étais incapable de m’y résoudre. Comment me défaire de ce plat que je n’ai pas utilisé depuis plus de trois ans alors que d’un jour à l’autre, je peux en avoir besoin?

Résultat: c’est toujours aussi complexe et frustrant de trouver un contenant avec un couvercle qui “match” et mon armoire de plat Tupperware® déborde…

Dans votre entreprise…

Sans le savoir, le même phénomène se produit dans votre entreprise.

Malheureusement, les effets ne sont pas aussi visibles mais l’impact sur votre entreprise peut être catastrophique!

En effet, au fil des années, vous avez bonifié votre offre de services. D’un seul produit/service que vous aviez au début, vous en êtes maintenant rendus à 10, 20 ou même plus! De ce fait, l’infrastructure (informatique ou autre) pour maintenir ces produits s’est complexifiée. Or, il y a fort à parier que 80% de vos profits proviennent de seulement 20% de vos produits (Ah! La fameuse loi de Pareto!).

Ne faite pas comme cette entreprise que j’ai visitée il y a quelque temps et qui offrait encore, sans grand succès, un produit qu’elle avait développé dans les années 70 (avec un dépliant datant des mêmes années!!!) alors qu’elle avait des produits beaucoup plus performants et rentables.

Les dirigeants avaient peur de se couper d’une source de revenus s’ils arrêtaient de l’offrir mais c’est tout le contraire qui se produit.

Lorsqu’on garde des produits ou services qui ne se vendent plus ou peu, on doit tout de même déployer des efforts pour en faire l’inventaire, les lister dans nos offres de services, en tenir compte dans notre comptabilité, former notre personnel, etc.

Dans les faits, il n’est pas rare que ça nous coûte plus cher pour les garder que d’arrêter de les offrir.

Mais il y a plus.

En offrant trop de choix à nos clients, on leur rend la tâche difficile. En fait, de nombreuses études confirment qu’on diminue les chances qu’ils achètent. Certaines études démontrent même que les clients sont prêts à payer entre 5 et 6.5% plus cher pour des services/marques plus simples à acheter.

Il y a aussi d’autres avantages à épurer notre offre de services: nos vendeurs maîtrisent mieux les produits qu’ils ont à vendre, les clients ont plus de facilité à nous référer, on a plus d’argent par produit à mettre sur le marketing, la loyauté envers notre marque est plus facile à développer (Apple est un bon exemple avec sa gamme plutôt réduite de produits).

Bref, on a tout avantage à évaluer sérieusement la profitabilité de nos produits et faire un bon ménage.

Réussirez-vous à vous guérir du syndrome Tupperware®?